Gros succès pour Maurane et ses « Chroniques d’une accro au resto »

Son nom, c'est "Chroniques d’une accro au resto " . Cette page Facebook a été créée il y a un peu plus d’un mois par une Tilffoise de 23 ans adorant bien manger. Son succès sur le Net est fulgurant : 3.000 personnes suivent ses aventures gastronomiques, et leur nombre augmente de 50 à 150 chaque jour !

 

 

Connaissez-vous le point commun entre le « Sushi Time » à Ans, le « Rendez-vous de Léa » à Herstal, et la « Maison Leblanc » à Liège ? Tous trois sont des établissements récemment testés par  Maurane Crespin, une Tilffoise de 23 ans qui a lancé sur Facebook une page intitulée « Chroniques d’une accro au resto ». Sur cette page, la jeune femme épingle toutes les expériences auxquelles elle soumet son palais, qu’il s’agisse d’un petit plat à emporter ou d’un étoilé. Son écriture est agréable, légère et amusante, et la jeune femme décrit ses expériences sans mièvrerie ni méchanceté. «Ma démarche est sincère, et je ne descendrai jamais un resto en flèche », explique-t-elle. «Mon souhait  est de partager mon expérience telle que je l’ai ressentie, de promouvoir les endroits qui travaillent les produits frais, les produits locaux ».

Maurane terminera bientôt ses études en psychologie, avec une spécialisation en neuropsychologie. Mais depuis quelques années, elle voue une véritable passion pour l’art de la table. «Mon père était un fin gourmet, il adorait aller au restaurant », se souvient-elle. «Il essayait de me communiquer ce hobby, il voulait que je l’accompagne, mais à l’époque j’étais difficile pour manger… Il est décédé après une longue maladie, et à la fin de sa vie, il était nourri par sonde, privé de ce qu’il aimait tant. C’est après son décès qu’inconsciemment, j’ai pris le relais. J’ai commencé à avoir envie de tout goûter, de tout apprécier, et j’ai pris de plus en plus de plaisir à aller au resto. Maintenant, j’y suis accro ! ».

Pour assouvir cette passion coûteuse, Maurane cumule les jobs d’étudiante et elle n’est pas partie en vacances cet été, préférant s’offrir quelques bonnes tables. Sur Facebook, ses « abonnés » retrouvent, dès le lendemain de son passage dans un resto, les photos des plats, du décor… et une longue description de son expérience.

Elle ne s’attendait pas au succès qu’elle rencontre aujourd’hui : «Au départ, je m’exprimais souvent sur des groupes ou des sites internet au sujet des restos que j’avais testés », explique-t-elle. «Puis on m’a conseillé de créer une page Facebook moi-même, et l’idée m’a plu… Mais je pensais me retrouver avec une cinquantaine de proches suivant ma page… Sur les 3.000 personnes qui y sont, j’en connais 140. Ce qui se passe est vraiment exceptionnel et très encourageant ! ».

De quoi changer d’orientation professionnelle ? Pourquoi pas ! Une chose est en tout cas sûre : l’aventure ne fait que commencer.

Source info: LAURENCE WAUTERS

 

Edition pdf:Capture.PNG

Les commentaires sont fermés.