Billet d’humeur : « J’ai 20cm chez moi et je pense aux ouvriers vu comme des fainéants »

12032013-046.jpg

En ce 12 mars, malgré des prévisions pessimistes, personne ne se doutait, je pense, que nous allions connaître une journée digne d’un mois de décembre 2010. La semaine dernière nous rappelait jour pour jour que le printemps était à nos portes.

Aujourd’hui, on constate 10, 15, 20cm et davantage au seuil de sa porte avec un blizzard digne de la Russie. 

J’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec des ouvriers communaux durant l’après-midi, ils étaient fatigués et n’avaient aucuns répits. L’un d’entre eux peut remercier le ciel qu’il n’a pas été blessé lors de l’incident avec sa camionnette. Oui, une de moins, elle est inutilisable. 

Malgré tout, l’épandage continue et j’ai envie de dire que selon les quartiers, cela ne sert à rien. Des congères se forment avec le vent fort, balayent le sel et recouvrent les routes sans aucune pitié pour l’effort humain qui a été fait juste avant.

Ce soir, je suis comme tout le monde, je me demande pour un mois de mars si la nature n’exagère pas un peu, j’ai 20cm chez moi et je pense aux ouvriers vu comme des fainéants par des habitants parce que leurs rues ne sont pas dégagées dans la seconde ou le ciel leur tombe sur la tête.

Mesdames, messieurs, un peu de respect pour ces ouvriers qui doivent supporter le froid et recommencer le même boulot en boucle sous l’œil médisant de certaines mauvaises langues.

Ceci est mon premier billet d'humeur depuis l'arrivée du blog de presse.

Les commentaires sont fermés.