Un truand liégeois originaire d’Esneux arrêté après plus de 2 ans de cavale.

Devant le tribunal, ils étaient huit. Huit à répondre d’attaques à la Kalachnikov et au lance-roquettes sur des fourgons blindés, commises en 2005 et 2006 en région liégeoise. Tous ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Liège à de lourdes peines. L’un d’eux, Mehdi El Yazid (47 ans) était en fuite. Sa cavale a pris fin ce mercredi soir.(image pretexte)

Cinq ans de prison, quand on est un truand notoire et qu’on connaît les dédales de Lantin comme sa poche, ce n’est pas la mer à boire. Mais pour Mehdi El Yazid, c’était visiblement de trop.

En octobre 2014, cet homme de 47 ans, originaire d’Esneux, devait se présenter aux portes de la prison liégeoise pour y passer quelques années à l’ombre. Mais après avoir classé son billet d’écrou verticalement, le malfrat a visiblement préféré prendre le maquis.

Pour rappel, l’homme avait écopé de 5 ans de prison ferme pour des faits de grand banditisme commis en région liégeoise. Avec quelques fréquentations bien senties, dont Kenan Guzel, la tête pensante de l’association, il avait perpétré une série d’attaques – six au total – sur des fourgons blindés à Glons, Herstal, Oupeye, mais aussi dans le Namurois et le Limbourg.

Lors de l’audience du tribunal correctionnel de Liège, en janvier 2013, le substitut du procureur du Roi, Renaud Xhonneux, avait souligné « la violence inouïe » déployée par l’équipe, ainsi que « leur mépris à l’égard de la vie d’autrui ».

UN LANCE-ROQUETTES UTILISÉ

Les condamnations avaient été confirmées en 2014 par la Cour d’appel de Liège. Le pourvoi en Cassation avait par ailleurs été rejeté. 

 

L’incroyable histoire de cette bande de malfrats et les derniers détails de l’affaire sont à lire dans notre nouvelle édition digitale La Meuse Liège.

 

Les commentaires sont fermés.