La nuit européenne des chauves-souris à l'Athénée Royal d’Esneux

Lorsque la nuit tombe, il est l’heure pour les chauves-souris de quitter leur gîte et de se mettre en chasse. Dans notre pays, ces petits mammifères sont exclusivement insectivores et sont capables de capturer environ 3.000 insectes par nuit. De nombreux moustiques sont donc engloutis par ce formidable insecticide… naturel.

Par conséquent, nous avons là une bonne raison d’apprécier et de protéger les chauves-souris dont la plupart des espèces présentes en Wallonie ont vu leurs populations baisser dramatiquement au cours des 100 dernières années.

sans-titre.png

 

 

 

 

 

 

une chauve-souris (un oreillard gris)

 

 

 

 

 

 

Nos mammifères volant sont encore parfois victimes d’une mauvaise réputation non méritée. A ce sujet, tordons tout de suite le cou à cette ridicule légende selon laquelle les chauves-souris s’accrochent dans les cheveux : c’est évidemment faux ! Nous ne représentons, pour elles, que des obstacles à éviter et, à ce sport, ce sont de véritables championnes. Elles ne sont pas aveugles, comme certains le croient encore, mais voient assez mal dans l’obscurité. C’est pour cette raison que ces petits animaux se dirigent dans la nuit grâce aux ultrasons qu’ils émettent. Ce système très perfectionné leur permet de repérer une proie, d’évaluer sa taille et sa vitesse de déplacement. Etant donné que nous sommes bien plus importants qu’un petit insecte, il est donc impossible de se faire heurter par une chauve-souris, même maladroite.

La vie des chauves-souris est rythmée par les saisons. Pendant l’hiver, lorsque moustiques et mouches sont absents, elles se trouvent un petit coin confortable dans une cavité souterraine, un arbre creux ou une habitation et s’endorment pour hiberner jusqu’au retour des beaux jours. Le printemps venu, les femelles se rassemblent pour former des colonies qui serviront de maternités bien douillettes pour les petits qui vont naître en été. Pour ce faire, certaine espèces apprécient nos maisons et nos greniers. Dans la plupart des cas, une cohabitation harmonieuse entre les chauves-souris et les habitants du bâtiment est tout à fait possible pour les raisons suivantes :

-   elles ne font pas de nid et n’apportent aucun matériau supplémentaire dans la toiture ;

-   les chauves-souris ne sont pas des rongeurs et leurs dents d’insectivores sont incapables d’entamer les poutres, l’isolant etc. Aucune dégradation du bâtiment n’est à craindre ;

-   les crottes de ces petits mammifères sont sèches, inodores et ne moisissent pas. De plus, les chauves-souris urinent très peu dans leur gîte ;

-   aucun danger n’est à signaler pour les habitants ou les animaux domestiques ;

-   il n’y a pas non plus de risque de pullulation car une femelle ne met au monde qu’un seul petit par an.

En outre, il faut savoir que la loi protège nos chauves-souris ; il est interdit de leur nuire directement ou de dégrader leur gîte.

sans-titre.png

une haie vive ( les haies vives forment un réseau écologique apprécié des chauves-souris)

Cependant, si vous avez des chauves-souris chez vous et que vous souhaitez obtenir des conseils, de l’aide ou des réponses à vos questions, n’hésitez pas à contacter le service « SOS CHAUVES-SOURIS » de PLECOTUS, le groupe de travail spécialisé de NATAGORA par mail : www.natagora.be/plecotus

Samedi 27 août

Athénée Royal d’Esneux

rue de l'Athénée 6, 4130 Esneux

A partir de 18h30 (fin vers 22:00)

Projection vidéo, Sortie nocturne, Exposé-débat, Animation pour enfants, Jeu concours; stand sur les chauves-souris. Visite de la réserve de l'Athénée

Bar et petite restauration

 

Contact : Véronique Demeuse - 085/613 611 - vero.demeuse@outlook.com En partenariat avec Natagora Vesdre & Ourthe

Infos générales sur la NEC et autres endroits (Theux, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Herve…) : http://www.natagora.be/index.php?id=2445

 

Les commentaires sont fermés.